livreBienvenuelivre
 

 

On ne meurt jamais par hasard

Ayant récupéré mes droits, je peux vous le proposer en collection poche, avec une illustration d'Hélène Valentin. N'hésitez pas à le commander.
Grâce à Jean-François Pissard, ex-poitevin célèbre, il est aussi disponible en numérique : à commander sur Editions-jerkbook.com

Voici la tête qu'il a imaginée pour le vente.


le polar 1

Après un premier ouvrage en autoédition, j'ai eu la chance de trouver un éditeur pour le suivant. Ce polar intitulé "On ne meurt jamais par hasard", est paru en octobre 2008 chez Geste Editions, dans la collection Geste Noir. En voici la couverture. Il est épuisé.

Voici ce qu'en dit mon éditeur : "Suicides en série ou meurtres déguisés ? À Vouneuil, la panique se propage... « Le club des quatre » est un cercle formé par 4 couples d’amis sans histoire jusqu’au jour où la mort les frappe à plusieurs reprises. Le coupable serait-il parmi eux ? Le commandant Venturini, chargé de l’enquête dans cette banlieue de Poitiers d’ordinaire tranquille, devra aller bien au-delà des certitudes et des apparences pour trouver la clé de l’énigme. L’ennemi n’est pas toujours celui que l’on croit. Un polar à la manière d’Agatha Christie qui fait froid dans le dos…"

La couverture

Les témoignages en bas de page.

Rencontre avec Mr Comte-Sponville :

Même au Maroc

Quand un ouvrage traverse les frontières, il y a de quoi être flatté ! Patrick dans le rôle du mannequin.

Au Maroc

 

 

Mon actualité et les salons

La presse pour le polar :

Du plus récent au plus ancien :

Ouest-France du 18 décembre 2009

Ouest-France

Le 10 décembre dans la Nouvelle République

R déc 2009

Le 26 novembre 2009, dans Centre-Presse

Centre-Presse

Un article de la Charente Libre du 23 novembre 2009. Cliquer ici pour le lire

Sur le site de la commune de Sèvres-Anxaumont

Lire en Vienne

Les 18 et 19 octobre dernier, une animation inhabituelle régnait à la Salle Polyvalente de Sèvres Anxaumont...
inauguration.jpgEn effet, c'était Lire en Vienne avec comme théme le Roman Policier et en conséquence, la Gendarmerie, le Service de Médecine Légale, des Ecrivains de Romans Policiers, des détectives en herbe se pressaient dans la salle pour résoudre les énigmes proposées par l'exposition "Scénes de crimes" mise en place par l'Espace Mendés-France.
 Les experts.jpgLa Commission Culturelle avec l'aide des écoles maternelle et élementaire, du Club de l'Amitié, de l'Espace Mendés-France a organisé une superbe exposition.
 Pendant ces 2 jours, les visiteurs ont pu rencontrer ces auteurs Claude Croubois, Patrick Amand, Jean Luc Loiret, Loïc Duret, Michel Sapagnet et Michel Cordeboeuf et faire dédicacer les romans policiers qu'ils venaient d'acquérir.  

Après l'inauguration, un "bouillon de onze heures" a réuni les officiels, les exposants, les visiteurs et les organisateurs autour d'une table et leur a permis de passer un moment convivial en discutant d'énigmes policières et de bien d'autre sujets... 

Un nouvel article surprise dans une revue dont je n'avais pas entendu parler. Il s'agit de Comme une culture N° 8 de septembre-octobre 2009.Pour voir

Un superbe article de Jean-Michel Gouin, dans la Nouvelle République du 21 août 2009 qui m'a causé un plaisir que je ne dissimulerai point !

La NR août 2009

Dans Ouest-France du 30 mars 2009

ouest-france

Centre-Presse

Grosse surprise de découvrir que je fais partie des sélections de "Vivire en Vienne", mensuel du Conseil Général de la Vienne.

Vivre en Vienne

Le Picton est un bimensuel remarquable pour toute personne s'intéressant à l'actualité historique et patrimoniale du Poitou-Charentes.
Dans le N° 192 de novembre-décembre 2008, j'ai droit à une superbe critique.

Si vous voulez la page entière en couleur,cliquer ici

Le Picton

 

La chasse aux fautes :

Quand on écrit, la hantise c'est de laisser des fautes dans le texte. Je n'y ai pas échappé et un lecteur de la NR du 11 novembre s'en est rendu compte !

La NR du 11 nov 2008

Centre-Presse du 21 octobre 2008

Centre-Presse

la NR

 

Un premier article dans la NR du dimanche 28 septembre. Vous aurez tous relevé que je ne suis pas adjoint à l'urbanisme et c'est
sûrement mieux comme cela !

La NR du 28 sept 2008

Les témoignages :

Une encouragement tellement sympa d'Yveline :

Bravo ! Bravo ! Bravo !
Mille fois Bravo !
J’ai lu ton roman d’une traite, emportée par l’intrigue et transportée par l’écriture. J’ai adoré ton commandant Venturini, j’ai beaucoup souri, ri. Je t’ai retrouvé à chaque ligne dans ce regard lucide et tendre sur le genre humain et cet humour distancié de chaque instant.
Continue ! J’attends avec impatience les prochaines enquêtes.

De VT

Avant de me replonger dans ton roman, je me permets de t’envoyer quelques simples commentaires qui ne se veulent absolument pas critiques.
 Ce week-end, je me suis surpris à chercher un gros chêne lors de mon footing dominical. En effet, lorsque je cours, mon esprit divague et m’emmène je ne sais où… ce week-end,  je recherchais un gros chêne et le meurtrier.
 J’apprécie beaucoup le tableau de la société poitevine. Comme il est agréable de mettre des images en face de lieux connus. Ce roman se déroule à Vouneuil sous Biard, à côté de Poitiers et cela se ressent.
 Les enseignants tels que tu les décris existent encore, j’en croise tous les jours.
 L’ajout de petites perles philosophiques éclaire le récit et nourrit l’esprit.

              Voilà, c’est tout, je vais maintenant me plonger dans le chapitre 20, si ma fille m’y autorise . Bonne soirée             

 

De James, un célèbre bistrotier poitevin, excellent coureur, qui comprend bien ce qu'il veut comprendre !
"Président de l'Amicale des couples échangistes du Poitou Charentes je suis évidemment dans les startings blocks pour découvrir début octobre cette vie romanesque de 4 couples qui s'ébattent le long de la Boivre ...Spirituellement vôtre.

Rencontreavec Mr André Comte-Sponville.

Je ne trahirais aucun secret en disant que c'est mon ancien médecin traitant qui m'a fait découvrir ce philosophe, en particulier au travers d'un ouvrage savoureux : "Petit traité des grandes vertus". Le commandant Venturini, l'un des héros de mon polar "On ne meurt jamais par hasard", policier adepte de la philosophie, est un disciple de Comte-Sponville et il n'arrête pas de citer son maître au point d'être surnommé ACS, par le lieutenant Chalais.

Je n'imaginais pas en visitant le salon du livre de Paris, le dimanche 15 mars 2009, croiser le chemin du philosophe. Celui-ci était au stand de l'un de ses éditeurs pour une séance de signature. Avec l'inconscience qui me caractérise parfois, j'ai entamé une intéressante conversation avec lui en particulier sur le personnage qui m'avait permis de le découvrir. De fil en aiguille je lui ai parlé de mon polar et de son disciple Venturini. Il m'a indiqué qu'il était passionné de polar et qu'il souhaitait le découvrir..

La morale de l'histoire (d'ailleurs ce n'est pas une morale !) : j'ai offert mon livre à Mr Comte-Sponville. A sa demande je le lui ai dédicacé, d'une écriture un peu tremblante. Il m'a promis de m'écrire pour me donner ses impressions. Je regrette de ne lui avoir transmis que mon adresse mail. J'attends avec une certaine impatience son courriel. De mon côté, j'ai acheté "Présentations de la philosophie", avec le bandeau suivant : "Le bonheur est le but ; le philosophie, le chemin. Bon voyage à tous !". Hélas non, son éditeur ne m'a pas offert l'ouvrage. Je connais le scepticisme de certains (indispensable en philosophie !) aussi vous trouverez ci-dessous la reproduction de la dédicace d'André Comte-Sponville.


Dédicace

Et voici sa réponse reçu en avril !

Cher Monsieur,

Rangeant mon bureau, je tombe sur votre livre, lu il y a longtemps (dès les lendemains du salon), mais dont je crains de ne pas vous avoir dit le plaisir, très vif, que j'ai eu à le lire - et pas seulement ni surtout à cause de la place que vous m'y faites, ou que m'y fait votre commandant Venturini ! Encore merci à vous.
Bien cordialement.

André Comte-Sponville

D'une lectrice parisienne inconnue :

Une amie de Brive, grande lectrice et visiteuse fidèle de la foire du livre, m'a offert pour Noël votre roman policier qu'elle vous a fait dédicacer. Elle me l'a envoyé puisque j'habite dans l'Essonne, en région parisienne.

Je viens de le terminer et je tenais à vous dire que j'ai bien aimé : l'intrigue est bien menée, le suspense maintenu jusqu'à la fin que rien ne laissait deviner avant. J'aime bien aussi les clins d'oeil philosophiques qui parsèment l'histoire et font du commandant Venturini un personnage original qui se démarque des autres, ainsi que les citations choisies en début de chapitre.

Je serais curieuse de savoir comment vous est venue l'envie d'écrire des romans policiers et comment vous est venue l'idée de ce personnage que vous avez créé, personnage récurrent puisque d'après ce que j'ai pu lire sur votre site, d'autres aventures sont en préparation et un nouveau livre doit sortir prochainement.

Je suis contente que mon amie m'ait fait découvrir un nouvel auteur.
Vous consacrez-vous entièrement à l'écriture de vos livres ?

Je profite de ce début d'année pour vous adresser mes meilleurs voeux.
Cordialement,
J M (une nouvelle lectrice)

De Jean-Louis Lauté, auteur de « Portraits croisés », ouvrage publié chez Le Croît Vif :
« J’ai eu l’occasion de vous rencontrer à Chasseneuil en tant que confrère, pour la journée du livre. Mon épouse s’est procuré votre ouvrage « On ne meurt jamais par hasard ». Ma femme et moi avons été conquis par ce policier aux personnages bien peints et évoluant dans notre région. Tous mes compliments pour le style, l’ambiance, l’ingéniosité sans oublier la richesse des maximes. »

Discours de Mme Liaigre maire de St Hilaire de Loulay, le 19 décembre 2009
Monsieur LOIRET est un loulaysien pure souche né à la Boutrie Caillaud (village propice à la germination d’écrivains).
Très heureuse de vous accueillir ici dans notre bibliothèque pour la dédicace de vos deux livres en souhaitant que cette occasion soit le ferment de l’écriture de beaucoup d’autres œuvres.
Je n’ai eu que le temps de parcourir vos écrits :
> « Petits vagabondages au long des mots et des sens », publié en 2007. Un ouvrage de chroniques décalées sur l’air du temps.
> Un roman policier noir « On ne meurt jamais par hasard », publié en 2008. Un livre que vient de recevoir en Charente, le premier prix de la Plume et la Lettre 2009.
Monsieur LOIRET, vous savez jouer avec la saveur et le nectar des mots, articuler la justesse du vocabulaire et le sens profond de l’expression pour mieux nous transporter dans les émotions, dans la justesse de l’analyse, dans l’humour décalé, dans le drôle, dans le pertinent, et pour mieux nous faire savourer la richesse de la langue française.
Mais non seulement, vous jouez avec les mots et leur sens, vous jonglez également avec nombre de citations d’auteurs connus : de Sénèque à Bernanos, de Stendal à Paul Valéry –
ce qui marque votre érudition, mais aussi l’art d’inclure nombre de citations pour mieux nourrir vos propos soit dans un contexte de suspens policier ou sous un prisme de chroniques éclectiques, cyniques, mais trop réalistes parfois.
            Mais « après quoi courrez-vous ?... »
En effet, non seulement, Monsieur LOIRET écrit, mais c’est un marathonien (4 fois les 100 kms de Chavagnes) et de plus, il est engagé dans la fonction d’élus de sa commune depuis 15 ans. Adjoint en charge des sports, des loisirs et de la vie des quartiers et conseiller à la communauté d’agglo de Poitiers.
Mais vous avez encore le temps d’écrire, puisque deux nouveaux ouvrages vont sortir en 2010 et sachez que nous serons heureux de vous accueillir au Printemps du Livre et à la Bibliothèque de Saint Hilaire pour une nouvelle séance de dédicaces.

De Marie-Jeanne :
La semaine dernière sans perdre de temps j’ai dévoré votre livre, je sentais que j’allais me régaler, ce fut chose faite, un vrai plaisir. J’ai aimé d’un bout à l’autre et je sens que je vais devenir une inconditionnelle.
PS : j’ai aimé tous les personnages, l’ambiance et les citations, je suis une fan des citations. Il y en a une de Jules Renard que j’ai faite mienne : « Si tu rêves de grandes choses, commence par en faire de toutes petites ».