livreBienvenuelivre
   

Les critiques du premier ouvrage

J’ai lu avec beaucoup de plaisir vos petits billets aux thèmes éclectiques. Le mot est soigneusement choisi, le style accessible et maîtrisé, le ton truculent et humoristique. J’ai passé un très agréable moment à vous lire et vous en remercie. JFP

Eh bien, je ne suis pas déçue ! Vraiment, je me suis régalée une fois encore. J'ai beaucoup ri et je me dis que tu es un véritable remède contre la morosité. Merci de m'avoir donné, cette fois encore, l'occasion d'apprécier ton humour, tes réflexions pleines de bon sens, ta juste analyse des disfonctionnements et bizarreries de notre société et ton style de grande qualité. MA

Ces petits vagabondages
Valent mille et un ouvrages !
Sous ta plume les mots filent,
Viennent comme tu les sens         
Et dans le meilleur des styles
Tu joues avec tous leurs sens.
      
Prendre un mot et son contraire,
Pouvoir d'un coup en extraire
La substantifique moelle
Un talent certain dévoile.
Pour cette belle démo,
Reçois le label des mots ! FS

La maîtrise de la langue française et l’amour des mots sont flagrants dans ce recueil. L’auteur écrit très bien, ses jeux de mots sont drôles et pertinents. Celui-ci maîtrise parfaitement la langue, les phrases, il s’amuse avec son lecteur et nous offre une lecture simple, accessible et fluide. Par ailleurs,  le style de l’auteur sait s’adapter en fonction de la narration : tantôt agréable, tantôt drôle, ou bien encore touchant. Cela permet des variations de rythme.

J'ai lu vos extraits et je les trouve pertinents, marrants, décalés, bien écrits. C'est un truc de ouf ton truc , mais ça le fait bien !  Dr JEKYLL

La jubilation de l’écrivain existe, je l’ai rencontrée. Quand le lecteur se laisse à son tour entraîner, il n’y a plus qu’à souhaiter que d’autres mots, d’autres phrases se mettent en route et créent de nouvelles complicités. Continue. BY

« Quand je lis le livre, j’ai l’impression que tu es présent pour dialoguer avec moi. »
Et d’ajouter : « Quand je suis dans mon lit, ça pourrait être gênant ». Une amie

Entre deux dodos d’Andréa, je vais essayer d’analyser tes petits vagabondages qui m’ont bien fait rire tout au long de tes récits. J’en ai aimé bien certains plus que d’autres et parmi ceux-là : la petite satire sur Jean-Luc – mais Delarue celui-ci - dans l’avion. Le lundi de Pentecôte n’est pas mal non plus, il m’a valu l’an dernier une RTT ! Les jeunes cons et les vieux cons m’ont bien fait rigoler, avec Mou de la fesse. Le GPS aussi qui me casse beaucoup la tête dans la voiture de Daniel (mon mari) enfin, il m’indique pourtant l’emplacement mobile des radars. C’est déjà ça pour lever le pied de Daniel. DD

Je n'ai pas terminé la lecture de vagabondage, mais pendant mon hospitalisation, j'en ai avalé quelques pages, bien intéressantes et fascinantes dans certain moment, me gardant les meilleures lignes en dessert.
Je te félicite pour cet ouvrage qui m'a fait passer un temps merveilleux avant et après l'opération, n'étant pas un grand lecteur né ce dernier ma complètement absorbé, et j'aspire a le poursuivre docilement en vagabondant dans tes lignes.......bien amicalement Jean-Claude   

Mon ami qui est de Poitiers m'a fait découvrir votre livre il y a quelques semaines : j'ai pris énormément de plaisir en le lisant. J'aime beaucoup votre façon de jouer avec les mots, que ce soit pour aborder des thèmes légers, ou d'autres plus graves. Il m'a également envoyé la vidéo de votre passage sur France3.
Bon courage pour la suite.
Geneviève, lectrice castelroussine, mais qui fait de fréquents séjours à Poitiers.

J'ai lu votre livre avec délice,et je suis en accord sur tout ! Votre érudition, avec toutes ces citations fort pertinentes, est incroyable. Si ce n'est pas indiscret, quel était votre métier? (p.s. il reste quelques fautes d'orthographe ou de frappe, mais très peu!). Amicalement        
Christiane

J'ai bien entamé votre livre, et j'avoue que si je ne l'ai pas choisi en 1er, je suis plutôt contente de le découvrir.
 C'est le genre de livre où quand on commence, on a du mal à le lâcher, quand on lit le titre du sujet suivant ..."que va t-il dire sur ça?".
 Bien sur, je ne partage pas toutes vos idées, mais vous démontrez tout de même certaines vérités.
J'ai bien aimé la lettre "N"... suivie de "M"... oui, en effet, contraires, et pourtant côte a côte.
 Céline Dion.... mais sa voix est un don rare! Non, je ne trouve pas qu'elle hurle (comme pour les autres chanteuses) mais en ce qui concerne Céline Dion particulièrement, je l'admire beaucoup...elle a une voix puissante, elle est capable de chanter sur 3 octaves... ce qui est très rare! Non, je ne suis pas fan (je n 'ai pas tous ses albums comme c'est le cas de ma soeur...), j'aime beaucoup de chanteurs, sans être fan de qui que se soit. Mais bon... non, Céline de hurle pas, elle chante.. admirablement bien.
 Le nombril à l'air en été, oui, j'aime bien aussi, et oui, le mien est orné d'un piercing. ;-)
 La fête des amoureux, avec cupidon qui s'en va comptant ses billets... oui, c'est un bon résumé.... nous on ne le fête pas, c'est idiot, on n'a pas besoin d'un jour particulier pour montrer son amour. C'est clair que c'est plus commercial qu'autre chose. Et pourtant beaucoup de personnes en couple se sentent obligées de faire quelque chose pour ce jour. Sirène

 

Les critiques du polar "On ne meurt jamais par hasard"

Une critique tellement sympa d'Yveline :

Bravo ! Bravo ! Bravo !
Mille fois Bravo !
J’ai lu ton roman d’une traite, emportée par l’intrigue et transportée par l’écriture. J’ai adoré ton commandant Venturini, j’ai beaucoup souri, ri. Je t’ai retrouvé à chaque ligne dans ce regard lucide et tendre sur le genre humain et cet humour distancié de chaque instant.
Continue ! J’attends avec impatience les prochaines enquêtes.

De VT

Avant de me replonger dans ton roman, je me permets de t’envoyer quelques simples commentaires qui ne se veulent absolument pas critiques.
 Ce week-end, je me suis surpris à chercher un gros chêne lors de mon footing dominical. En effet, lorsque je cours, mon esprit divague et m’emmène je ne sais où… ce week-end,  je recherchais un gros chêne et le meurtrier.
 J’apprécie beaucoup le tableau de la société poitevine. Comme il est agréable de mettre des images en face de lieux connus. Ce roman se déroule à Vouneuil sous Biard, à côté de Poitiers et cela se ressent.
 Les enseignants tels que tu les décris existent encore, j’en croise tous les jours.
 L’ajout de petites perles philosophiques éclaire le récit et nourrit l’esprit.

      Voilà, c’est tout, je vais maintenant me plonger dans le chapitre 20, si ma fille m’y autorise . Bonne soirée   

 

De James, un célèbre bistrotier poitevin, excellent coureur, qui comprend bien ce qu'il veut comprendre !
"Président de l'Amicale des couples échangistes du Poitou Charentes je suis évidemment dans les startings blocks pour découvrir début octobre cette vie romanesque de 4 couples qui s'ébattent le long de la Boivre ...Spirituellement vôtre.

 

Et celle bien plus surprenante de Mr André Comte-Sponville, philosophe fil rouge du polar :


Cher Monsieur,

Rangeant mon bureau, je tombe sur votre livre, lu il y a longtemps (dès les lendemains du salon), mais dont je crains de ne pas vous avoir dit le plaisir, très vif, que j'ai eu à le lire - et pas seulement ni surtout à cause de la place que vous m'y faites, ou que m'y fait votre commandant Venturini ! Encore merci à vous.
Bien cordialement.

André Comte-Sponville

D'une lectrice parisienne inconnue :

Une amie de Brive, grande lectrice et visiteuse fidèle de la foire du livre, m'a offert pour Noël votre roman policier qu'elle vous a fait dédicacer. Elle me l'a envoyé puisque j'habite dans l'Essonne, en région parisienne.

Je viens de le terminer et je tenais à vous dire que j'ai bien aimé : l'intrigue est bien menée, le suspense maintenu jusqu'à la fin que rien ne laissait deviner avant. J'aime bien aussi les clins d'oeil philosophiques qui parsèment l'histoire et font du commandant Venturini un personnage original qui se démarque des autres, ainsi que les citations choisies en début de chapitre.

Je serais curieuse de savoir comment vous est venue l'envie d'écrire des romans policiers et comment vous est venue l'idée de ce personnage que vous avez créé, personnage récurrent puisque d'après ce que j'ai pu lire sur votre site, d'autres aventures sont en préparation et un nouveau livre doit sortir prochainement.

Je suis contente que mon amie m'ait fait découvrir un nouvel auteur.
Vous consacrez-vous entièrement à l'écriture de vos livres ?

Je profite de ce début d'année pour vous adresser mes meilleurs voeux.
Cordialement,
J M (une nouvelle lectrice)

De Jean-Louis Lauté, auteur de « Portraits croisés », ouvrage publié chez Le Croît Vif :
« J’ai eu l’occasion de vous rencontrer à Chasseneuil en tant que confrère, pour la journée du livre. Mon épouse s’est procuré votre ouvrage « On ne meurt jamais par hasard ». Ma femme et moi avons été conquis par ce policier aux personnages bien peints et évoluant dans notre région. Tous mes compliments pour le style, l’ambiance, l’ingéniosité sans oublier la richesse des maximes. »

Discours de Mme Liaigre maire de St Hilaire de Loulay, le 19 décembre 2009
Monsieur LOIRET est un loulaysien pure souche né à la Boutrie Caillaud (village propice à la germination d’écrivains).
Très heureuse de vous accueillir ici dans notre bibliothèque pour la dédicace de vos deux livres en souhaitant que cette occasion soit le ferment de l’écriture de beaucoup d’autres œuvres.
Je n’ai eu que le temps de parcourir vos écrits :
> « Petits vagabondages au long des mots et des sens », publié en 2007. Un ouvrage de chroniques décalées sur l’air du temps.
> Un roman policier noir « On ne meurt jamais par hasard », publié en 2008. Un livre que vient de recevoir en Charente, le premier prix de la Plume et la Lettre 2009.
Monsieur LOIRET, vous savez jouer avec la saveur et le nectar des mots, articuler la justesse du vocabulaire et le sens profond de l’expression pour mieux nous transporter dans les émotions, dans la justesse de l’analyse, dans l’humour décalé, dans le drôle, dans le pertinent, et pour mieux nous faire savourer la richesse de la langue française.
Mais non seulement, vous jouez avec les mots et leur sens, vous jonglez également avec nombre de citations d’auteurs connus : de Sénèque à Bernanos, de Stendal à Paul Valéry –
ce qui marque votre érudition, mais aussi l’art d’inclure nombre de citations pour mieux nourrir vos propos soit dans un contexte de suspens policier ou sous un prisme de chroniques éclectiques, cyniques, mais trop réalistes parfois.
            Mais « après quoi courrez-vous ?... »
En effet, non seulement, Monsieur LOIRET écrit, mais c’est un marathonien (4 fois les 100 kms de Chavagnes) et de plus, il est engagé dans la fonction d’élus de sa commune depuis 15 ans. Adjoint en charge des sports, des loisirs et de la vie des quartiers et conseiller à la communauté d’agglo de Poitiers.
Mais vous avez encore le temps d’écrire, puisque deux nouveaux ouvrages vont sortir en 2010 et sachez que nous serons heureux de vous accueillir au Printemps du Livre et à la Bibliothèque de Saint Hilaire pour une nouvelle séance de dédicaces.

De Marie-Jeanne :
La semaine dernière sans perdre de temps j’ai dévoré votre livre, je sentais que j’allais me régaler, ce fut chose faite, un vrai plaisir. J’ai aimé d’un bout à l’autre et je sens que je vais devenir une inconditionnelle.
PS : j’ai aimé tous les personnages, l’ambiance et les citations, je suis une fan des citations. Il y en a une de Jules Renard que j’ai faite mienne : « Si tu rêves de grandes choses, commence par en faire de toutes petites ».